10 vérités sur le cododo (VIDEO)

cododo
Ah le cododo, dormir avec son bébé, quel pur bonheur ! Enfin… Il y a quand même des trucs que l’on vous cache. Dans cette vidéo, je lève tous les tabous !

 

Et si vous préférez lire, voici le texte :

1. Vraie définition du cododo

Pour commencer, qu’est-ce que le co-dodo ? C’est assez évident, ça consiste à dormir dans le même lit que son enfant.

CO. DODO. On fait dodo, ensemble.

Attention à ne pas être induits en erreur, ceci dit. Le mot dodo, ne signifie pas qu’on dort, genre, on s’endort le soir, et hop, c’est le matin, on se réveille. Nan. Dodo, ça veut dire que dans cette chose qu’on appelle la nuit, il y a des moments ici et là, où on dort. Et y’a des moments où… on ne dort pas. Mais on est dans le lit. Ensemble. Co. Dodo.

On dit des parents pratiquant le co-dodo qu’ils cododotent. Ce sont donc, des, cododoteurs.

 

2. Cododo et sécurité – Consigne n°1 : allaitement

Evidemment, il y a plein de consignes de sécurité quand on cododote avec un tout petit bébé. Avoir un bébé, c’est quelque chose de sérieux, il ne faut pas faire n’importe quoi… En tout cas, on essaie.

La première consigne de sécurité est la suivante : seule la mère peut dormir avec son nouveau-né, et seulement si elle l’allaite, avec ses seins (si elle l’allaite avec ses pieds, ça marche moins bien)

Excusez-moi, c’est un peu discriminatoire comme consigne de sécurité, mais voilà, l’allaitement c’est une règle de sécurité, seule une mère qui allaite peut cododoter avec son nouveau-né. La raison de cette règle, c’est qu’avec l’allaitement, la mère et son bébé vont naturellement se mettre dans une position l’un contre l’autre, de côté, avec bébé à hauteur de sein, là où il ne risque rien. Et c’est quelque chose d’instinctif entre eux : le bébé reste là, parce que le mamelon, c’est toute sa vie. Et la mère développe des sortes de radars dans ses seins, qui font qu’elle ne peut pas étouffer son bébé, elle se met instinctivement dans une position en creux, comme ça, pour accueillir le nouveau-né en sécurité contre elle.

Il faut dire que de toute façon, les premiers mois, quand t’as des pastèques à la place des seins, tu bouges pas… Tu peux pas bouger ! Ils sont trop gros, ta mobilité en position allongée est réduite à néant.

Si la mère n’allaite pas, elle pourrait avoir tendance à dormir à hauteur de nez avec son bébé, et là ça peut être dangereux. Je n’énonce pas cette règle pour juger les mères qui n’allaitent pas. Ni les pères qui n’allaitent pas. C’est juste une question de sécurité. Si vous n’allaitez pas, vous pouvez dormir près de votre nouveau-né, mais dans un autre lit, à côté du vôtre.

Et cette règle, c’est pour les petits bébés. Plus tard, quand le bébé grandit et est moins vulnérable, vous pouvez sans problème dormir avec lui même si vous n’allaitez pas… L’enfant, à partir d’un certain âge, développe ses propres radars qui font que si par inadvertance, vous l’écrasez, il va simplement vous donner des coups de pieds, ou vous mordre, pour vous dire de dégager de son lit (qui soit dit en passant est votre lit, en fait, à la base).

 

3. Autres consignes de sécurité pour le cododo

Il y a d’autres consignes de sécurité, il ne faut pas être fumeur, pas d’alcool, pas de drogue. Pour ce qui est des drogues douces, le chocolat notamment… ça passe.

Il faut bien sûr faire attention à ce que le bébé ne puisse pas s’étouffer, donc pas de couette, pas d’oreillers, des draps bien tendus, un matelas ferme…

Attention aussi à ce qu’il ne tombe pas, à ce qu’il ne se retrouve pas coincé entre deux matelas, ou entre le matelas et le mur.

Et quand le bébé commence à se déplacer, attention à tous les objets potentiellement dangereux à portée de bébé.

Donc le mieux, c’est encore un matelas par terre au milieu d’une chambre vide.

Allez, bonne nuit bien sûr !

 

4. Hygiène et cododo

Attention quand même, un matelas par terre, ce n’est pas forcément idéal au niveau de l’hygiène. Surtout sur une moquette, c’est plein d’acariens, de poussière, de miettes de chocolat coincées dans les recoins et tout. Normalement, il faut pouvoir isoler le matelas du sol, pour des questions d’aération, pour que ça ne moisisse pas, il faudrait un sommier.

Bon, moi j’ai des matelas par terre sans sommier, mais je soulève les matelas tous les jours pour aérer, je passe l’aspirateur tous les deux jours, et je lave l’intégralité des draps toutes les semaines.

On y croit, là ?

 

5. Le cododo, jusqu’à quel âge ?

On peut cododoter avec son enfant de sa naissance jusqu’à un âge indéterminé… C’est à chaque famille de faire comme elle le sent en étant à l’écoute des besoins de chacun…

Il ne faut quand même pas trop miser sur la probabilité que, de lui-même, votre enfant décide de dormir seul dans son propre lit toute la nuit pile au moment où vous-même, ça tombe bien, vous commencez à en avoir un peu marre de vous prendre des coups de coudes dans le dos à 3h du matin.

Non, il faut savoir dans quoi on s’embarque. Le lit des parents, c’est doux, c’est chaud, c’est moelleux, ça sent bon (selon les critères d’un enfant en tout cas). Il arrive toujours un moment où l’enfant ne souhaite plus dormir avec ses parents. Normalement, c’est inévitable. Mais on ne peut pas prédire quand ça arrivera. Ça peut mettre plusieurs années, avec plusieurs rechutes.

 

6. Cododo et angoisse de la séparation

Soyons honnêtes, ceci dit, il y a un certain nombre de cas où c’est le parent qui vit mal le fait que son enfant fasse le choix de dormir dans son propre lit tout seul dans sa chambre. Des fois, c’est le parent qui n’est pas prêt à voir son enfant s’en aller. A priori, il est rare qu’un parent vive la séparation mal au point de se remettre à faire pipi au lit. Mais ça peut quand même être une étape difficile à passer.

 

7. A quoi sert le cododo ?

Le cododo sert à continuer à répondre aux besoins du bébé, qui ne s’arrêtent pas la nuit. Besoin de nourriture, de sécurité, de proximité… Un enfant, c’est 24h/24, 7j/7 (lol).

Si un bébé se réveille et qu’il est tout seul, il risque de croire qu’il va se faire manger par un ours. C’est l’instinct de survie inscrit dans ses gènes, souvenirs de l’époque où on vivait dans des grottes, le sourcil hirsute et la crotte aux pieds.

Bien sûr, même si on ne cododote pas, on peut se lever pour aller voir son enfant à chaque fois qu’il nous appelle, et ainsi répondre à ses besoins sans lui laisser trop le temps d’avoir peur des ours…

Mais l’intérêt principal du cododo est précisément de ne pas avoir besoin de se lever la nuit !

L’enfant se réveille, on lui met le sein dans la bouche, ou la tétine, ou on lui remet la couette sur lui, on lui dit « mais non c’était un cauchemar », et on se rendort. Pas besoin de se lever.

Lire aussi : 10 erreurs maternelles classiques à éviter

C’est selon moi l’argument ultime en faveur du cododo.

 

8. Faire ses nuits en cododo

Par contre. Attention. Ne vous faites pas avoir. Certes, il n’y a pas besoin de se lever. La plupart du temps on peut se contenter de ne même pas trop se réveiller.

Moi pour tout vous avouer, je ne sais même pas combien de fois mon bébé se réveille la nuit, je ne sais pas, je ne me réveille pas vraiment, je me contente de lui mettre le sein dans la bouche à chaque fois qu’il se réveille, et on se rendort tous les deux comme ça.

MAIS. Si vous allaitez et cododotez avec votre bébé, il est quasiment impossible qu’il fasse ses nuits, dans le sens qu’il dorme d’une traite sans avoir besoin de vous, avant plusieurs années. Tant qu’un bébé a son garde-manger à hauteur de bouche, qu’il a juste à gémir un peu et à ouvrir la bouche pour téter, il va continuer à faire ça plusieurs fois par nuit, tant que ça fonctionnera, il n’y a aucune raison pour qu’il s’arrête tant qu’il n’est pas sevré la nuit.

Lire aussi : 10 trucs pour faire dormir votre bébé la nuit

C’est tout à fait normal, en fait, qu’un enfant pendant les premières années de sa vie, tète plusieurs fois par nuit. C’est pas une mauvaise habitude, c’est juste le fonctionnement nocturne normal d’un être humain de très jeune âge. Je ne dis pas qu’il faut le faire parce que c’est « normal », non. Il y a des mères pour qui il est inconcevable de ne pas encourager son bébé à faire ses nuits, et je comprends, et c’est pour ça que je trouve important de mettre les mamans en garde : si vous allaitez et que vous cododotez, ne vous attendez pas à ce que votre bébé fasse ses nuits (même si des exceptions arrivent)… il les fera peut-être un peu vers 3 mois, genre pour vous faire croire que vous avez trop bien géré la maternité, mais après, tant que vous n’arrêtez pas les tétées la nuit, il se réveillera pour téter.

 

9. Tenue adaptée au cododo

Le cododo, comme je l’ai dit, pour moi c’est quelque chose de naturel. En tant que mère, dormir avec mon bébé, c’est juste instinctif… Après on est des êtres humains, on a cette faculté de faire des choix et on n’est pas obligés de nous comporter comme des hommes préhistoriques sous prétexte que c’est naturel. Donc chacun fait ses choix.

Je ne suis pas du genre à vendre du rêve sur l’instinct maternel…

Lire aussi : La Mère Parfaite en 10 points

Mais dormir avec son bébé, c’est doux, c’est câlin, c’est juste un pur bonheur… enfin ça dépend, quand même.

Moi mon fils a développé une habitude, c’est que quand il tète, il me gratouille le ventre. A chaque fois qu’il tète, il me gratouille, il me palpe les bourrelets. Et quand je l’en empêche, il m’engueule. En journée, j’arrive à faire abstraction, ou à l’empêcher en lui tenant la main, ou en le changeant de position quand ça m’agace trop. Mais la nuit, c’est plus compliqué… Alors on se bat, tous les deux à moitié endormis, je lui attrape les mains pour l’empêcher de me gratouiller, et il se libère et je lui rattrape les mains, j’essaie de les coincer, mais il râle parce que je vais à l’encontre de sa volonté de me gratouiller, et ça n’en finit pas…

Ça fait partie des potentiels petits inconvénients du co-dodo.

J’ai une copine dont la fille avait pris l’habitude de lui triturer les cheveux pendant la tétée… Et bien la mère a fini par se couper les cheveux très court. Et elle a récupéré ses cheveux coupés pour en faire la chevelure d’une poupée, qui est devenue le doudou de sa fille !

Mais ne vous inquiétez pas, pour remédier à ce petit inconvénient du cododo, j’ai eu une idée de génie. Le burkama. C’est comme le burkini, mais version pyjama.

Un pyjama qui couvre l’intégralité de votre corps, y compris les cheveux, pour que votre enfant ne puisse pas trouver de prise pour vous gratouiller, vous palper, vous mâchouiller la crinière.

Bon, je ne sais pas si c’est légal en France, donc je ne vais pas trop m’étendre sur le sujet… Ah, c’est quand même un symbole de soumission à la dictature de mon bébé !

 

10. Couple et cododo

Et pour finir, je suis obligée de parler d’en parler : le couple.

Alors…

J’ai lu plusieurs fois, dans des articles ou dans des livres, des gens dire que, mais non, quand les parents pratiquent le cododo, ils ne font pas moins l’amour que les autres, il suffit d’avoir un peu d’imagination et de faire ça autre part que dans le lit…

Il y a deux mensonges, dans cette affirmation.

Premièrement : OUI ! Evidemment qu’on fait moins l’amour quand il y a un bébé dans le lit. Ça casse quand même un peu le délire. Et oui, le lit, c’est l’endroit le plus pratique pour faire l’amour, c’est plus convivial que la cuisine sur un lavabo qui sent le produit vaisselle et qui fait froid aux fesses.

Surtout que dans un nombre non négligeable de cas, la mère qui cododote avec son bébé a carrément viré le père du lit conjugal pour des raisons de sécurité ou de confort. Donc il y a des cas où les parents font carrément chambre à part, momentanément, mais quand même.

Deuxièmement : je crois que c’est un truc qu’on n’a pas le droit de dire. Un gros tabou. Mais un bébé qui dort, c’est un bébé qui dort. Et un bébé qui se réveille, il ne fait pas : oh, papa, maman, que faites-vous donc ? Non, un bébé qui se réveille, il gémit, il bouge, il pète, il ouvre bouche à la recherche du sein avant même d’ouvrir les yeux. Donc si par le plus grand des hasards, un bébé se réveille alors que les parents sont en plein acte à côté de lui, ils ont largement le temps de s’arrêter sans que le bébé ne capte rien. Et il leur suffira de reprendre, quelques semaines plus tard, là où ils s’étaient arrêtés.

Alors oui il y a des parents que ça gène vraiment trop un bébé endormi à l’autre bout du lit. Et il y a des parents qui font abstraction et qui font l’amour quand même, dans le noir, de manière silencieuse et pas trop acrobatique, quand le bébé dort à côté.

De toute façon, soyons clair, cododo ou pas, en général, la libido d’une jeune mère, ça n’a rien d’extravagant, et elle est souvent très prudente par rapport à tout ce qui pourrait s’approcher de trop près de son vagin. On n’oublie pas si vite ce qu’il s’est passé par là, autant en terme de causes, que de conséquences…

6 commentaires sur “10 vérités sur le cododo (VIDEO)

  1. C’est tellement ça… Chez nous, par manque de place (je pensais pas qu’un 160cm pouvait être trop petit…), j’ai fini par avoir très très très mal aux deux épaules donc bidule, 7 semaines, a été éjecté du lit parental (au sol, sur tatamis) et a atteri dans son petit matelas à côté du nôtre (entouré de son coussin de grossesse à cause de la différence de hauteur entre son matelas et le nôtre de par l’épaisseur du nôtre + les tatamis). Et bidule a tout aussi bien dormi. Plusieurs mois avant que mes épaules s’en remettent… Au prochain bidule, faudra envisager un lit plus grand parce que oui, cododo il y aura ! De toutes façons, si Bidule 2 est comme Bidule 1, on aura pas le choix : il ne voudra dormir que SUR nous les premières semaines…

    • Aïe, les épaules… Je crains que ce ne soit pas tant un problème de taille de lit. Perso, j’aurais pu avoir une triple king-size, mon bébé aurait continué de me coller, et moi de dormir sur le côté face à lui, l’épaule en compote et le bras du dessous écrabouillé par le poids de ma propre tête… lol

  2. J’adore tes vidéos, tu as un vrai pouvoir comique, j’ai beaucoup ri :-)) On cododote aussi chez nous malgré tout ce que le monde bien pensant nous disait de faire. Il n’y a que comme ca que nous avons réussi à dormir (un peu) mieux. Par contre je n’allaite pas donc pour mes deux filles, on a utilisé un lit cododo pour les 7 ou 8 premiers mois, sorte de petit cocon à placer entre les deux parents. Vers deux ans et demi, la première a dormi toute seule mais garde l’habitude de venir nous rejoindre au petit matin. Ahah quand tu parles de grattage de bourlet, la première avait cette habitude de glisser ses pieds en dessous de nous carrément, avec ses petits ongles c’était vraiment horripilant, la deuxième n’a pas l’air d’être une grateuse…on verra.
    La clé je pense c’est de ne pas attendre qu’ils « fassent » leur nuit mais partir du principe comme le dit Isabelle Fillozat que bon, les bébés qui font des nuits complètes à trois semaines (dont j’ai souvent envie de taper les mamans j’avoue) sont rares, il faut plutôt s’attendre dans la plupart des cas à ne pas dormir correctement avant…3 ou 4 années. Hihii je suis heureuse de ne pas l’avoir découvert avant de devenir maman :-D

    • Merci !!! <3 Oui, pour mon premier fils j'ai lutté pour qu'il fasse ses nuits, parce que j'avais lu et je pensais que ce serait mieux pour tout le monde... Pour le deuxième, j'avais assimilé qu'il n'y a rien d'anormal, au contraire, à ce qu'un jeune enfant ne fasse pas ses nuits avant plusieurs mois voire années, je n'avais plus aucune attente, donc plus rien contre quoi lutter, et ça s'est beaucoup mieux passé :-) Malheureusement ce n'est pas le message majoritairement véhiculé, si j'avais su, je me serais moins pris la tête avec le premier !

  3. Et bas moi, j’ai cododoté 2 semaines avec mon minitruc, parce que impossible de le faire dormir autrement. En fait, il s’est avéré qu’il avait la dalle car ne tétait pas bien. Le passage au tire allaitement lui a permis de super bien dormir entre chaque bib de la nuit dans son lit. Et il a finalement fait ses nuits quand il est passé au solide le soir à 7mois et n’a pllus voulu du lait le soir (forcément, j’en pouvais plus de tirer mon lait au bout de 5 mois, et le lait artificiel, ça doit quand même pas être très bon). On a remis ça un été où nos vagabondage l’ont perturbé et il ne voulait plus dormir seul. Le pb, c’est que dans ce cas, je dors que face à minitruc et mon épaule en prend un coup. Mais, j’adore quand même faire des siestes avec lui de temps en temps…
    En tout cas, vous me faîtes beaucoup rire ‘

    • Merci ! Oui, j’aurais dû le préciser dans la vidéo, ça semble assez évident, mais parfois le co-dodo n’est pas tout à fait un choix, quand il n’y a que ça qui marche, on s’adapte ;-) Ah, l’épaule engourdie au réveil…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *