Être une maman spirituelle, en 10 leçons

miniature meditation

Vous souhaitez atteindre la paix intérieure malgré les cris, les pleurs, le manque de sommeil, et votre esprit embrumé par la centaine de conseils contradictoires que vous avez accumulés depuis que vous êtes mère ? Faites comme moi, intéressez-vous à la spiritualité.

Je parle là d’une VRAIE spiritualité, ancrée dans la réalité, et pas faite de belles mais illusoires théories déconnectées des vrais défis qu’une maman rencontre au quotidien.

Pour vous aider à vous y retrouver, voici 10 leçons rapides, concrètes et efficaces (et je vous ai concocté un super outil surprise au point 10) :


1. Intentions et affirmations

La première chose à faire lorsque vous vous réveillez, c’est de poser vos intentions pour la journée. Une grande inspiration. Une grande expiration. Si un petit être humain essaie de vous gober le nez, repoussez-le avec bienveillance. Et dites, par exemple :

– Aujourd’hui, je reste calme et à l’écoute des émotions de mes enfants et des miennes.
– Aujourd’hui, je privilégie la qualité de la relation avec mes enfants, même si je me fais mordre.
– Aujourd’hui, je reste patiente si on me bave trop dessus ou si on essaie trop souvent à mon gout de me gober le nez, car je conçois que ça puisse être tentant à gober, comme ça, un nez en plein milieu d’une figure. Surtout dès le réveil.
– Etc.

 

2. Émotions

Une maman vraiment spirituelle n’est pas niaise, non plus. Il ne s’agit pas de tomber benoitement dans une positive attitude forcenée. Une maman vraiment spirituelle accepte ce qui est, inconditionnellement, et cela inclut les émotions désagréables, que ce soit les siennes ou celles de ses enfants. En effet, toute émotion qui s’exprime correspond à la libération d’une tension, qu’elle soit actuelle ou la résonance d’une émotion non intégrée du passé.

Alors acceptez que vos enfants pleurent, hurlent, crient, sans leur « suggérer » de ressentir autre chose que ce qu’ils ressentent. Ne cédez pas non plus à toutes leurs volontés qui surgissent dans ces moments, parce ce que parfois (parfois) la tasse bleue au lieu de la tasse rouge, mais en fait la tasse jaune, mais NOOOON je voulais la tasse qui fait des bulles, c’est juste un prétexte pour décharger leurs émotions, et ils ont besoin de les décharger en présence de votre amour inconditionnel qui accepte ce qui est.

De votre côté, observez ce qui est en train d’exploser à l’intérieur de vous, acceptez que vous n’avez pas que ça à foutre d’accepter inconditionnellement ce qui est, que votre intention n°1 de rester calme et à l’écoute est en train de partir en fumée à peine 5 minutes après avoir été énoncée, si possible isolez-vous pour hurler que vous en avez marre de ces putains de foutues tasses à 8 heures du matin, mais qu’est-ce qui m’a pris de faire des gosses et de me compliquer la vie ?!!

Bref, acceptez que ça craint. Ça n’empêche pas le fait que, bah, ça craint. Mais au moins, c’est accepté. La lutte intérieure (mais j’avais décidé de rester calme et d’être une bonne mère et je suis d’une nullité absolue et d’abord pourquoi est-ce qu’il est comme ça ce gosse c’est quoi le problème il doit avoir une carence en oligo-éléments vite je vais faire une recherche google et en passant je vais vérifier mes notifications Facebook) peut s’apaiser.

 

3. Simplifiez et faites le vide chez vous

Je suis une adepte du minimaliste. Non seulement ça me fait moins à ranger et à trier (argument spirituel de poids quand on a des enfants), mais aussi et surtout, je considère la perception d’un chaos extérieur comme le reflet d’un chaos intérieur : tout est donc question de perception. (Vous pouvez relire cette phrase si besoin, c’est de la spiritualité, parfois il faut relire.)

Si vous trouvez difficile d’agir sur votre chaos intérieur, peut-être pourrez-vous plus facilement passer à l’action pour ce qui est du chaos extérieur. Par étapes, en vous débarrassant un peu plus chaque jour des objets qui ne vous servent plus à rien, en évitant de garder les choses « qui pourraient servir au cas où », et en créant de l’harmonie dans votre champ visuel. Vous pouvez néanmoins faire abstraction des tâches de gras sur les murs. Les tâches, c’est la vie, c’est spirituel. Et ne culpabilisez pas non plus si vous ne parvenez pas à endiguer la prolifération incontrôlable des petites pièces de jouets jusque dans les moindres recoins poussiéreux de votre maison (voir aussi ma vidéo 1O techniques de ramassage de petits jouets). La culpabilité, c’est pas spirituel.

 

4. Jeu de cartes

Tirer une carte le matin permet de donner de l’inspiration pour la journée à venir. C’est aussi un moment que l’on prend pour soi, une pause introspective. N’importe quel jeu d’oracles ou de cartes d’éveil fait l’affaire, l’important est ce que cela fait résonner en vous. Si vous n’en possédez pas, vous pouvez vous rabattre sur des cartes Pokémon. Les Pokémons sont des animaux totems comme les autres, ils sont spirituels. Tout est spirituel.

Perso, j’ai un jeu de cartes d’éveil que ma soeur m’a offert et qui s’appelle “Je suis à ma place”. Rien qu’à lire son titre, je me remémore que oui, je suis à ma place. Oui, ma vie est l’expression de mes choix, que j’assume entièrement et pleinement en harmonie avec mon vrai self. Non, je ne me suis pas retrouvée mère au foyer par hasard sur un malentendu parce que de toute façon où que je me sois retrouvée ailleurs avant j’avais l’impression d’être une inadaptée du système. Non, non. Je ne comprends peut-être pas tout au jour le jour, mais le sens est, là, partout (si cette phrase n’est pas une preuve que je suis spirituelle, et donc bien placée pour vous donner des leçons, je ne sais pas ce que c’est…).

Je tire très souvent la même carte. Elle ressort du lot et accroche presque systématiquement mes mains. Je pense que c’est à cause de la marque de crocs que quelqu’un y a laissé à mon insu… L’univers essaie de me communiquer quelque chose.

jesuisamaplace

 

5. Gratitude

La gratitude, justement. Développez votre gratitude. Comment ? Dites MERCI souvent. De vrais MERCI à la vie pour tout ce que vous avez, pour l’abondance qui vous entoure et que nous avons tendance à oublier quand tout semble aller mal.

Non seulement vous vous sentirez mieux, mais en plus, vous encouragerez vos enfants à être eux-mêmes dans la gratitude. Croyez-moi, ça fonctionne très bien, mon fils dit systématiquement MERCI lorsqu’il arrache des mains les jouets des autreslove-1049804

 

6. Yoga

Le yoga, c’est la vie. C’est la voix de la spiritualité par excellence. Faites du yoga avec vos enfants, et ils apprendront en vous imitant, vous n’avez que quelques petites adaptations à faire : le yoga pour les enfants, c’est comme le yoga pour les adultes, mais avec des bruits d’animaux. GRROOAA je suis un lion quand vous levez les bras pour commencer votre salutation au soleil, SSSSS je suis un serpent quand vous faites le cobra, ????? je suis un flamand rose quand vous faites l’arbre (ça fait quel bruit, un flamand rose?)

meditation-428382_1280

Attachez-vous bien les cheveux pour ne pas qu’ils s’agrippent à votre crinière en pleine posture de chien tête en bas, soyez confiante en vos abdos lorsqu’ils vous grimpent sur le dos pendant votre posture de la planche, et surtout mettez des vêtements qui vous collent bien à la peau parce que ça la fout toujours un peu mal de se retrouver à poil en pleine posture de l’arbre, tout ça parce que votre chérubin a jugé spirituellement sain de vous tirer sur le pantalon pile au moment où vous aviez enfin trouvé votre équilibre.

 

7. Connexion à la terre

Marchez pieds nus, chez vous et dans la nature, tant que vous le pouvez. Cela vous connecte au sol, vous ancre dans la terre mère nourricière et recharge votre énergie cosmique intrinsèque. Et si vous marchez dans une flaque d’eau dans le salon… dans le salon ?? Ah non, ce n’était pas de l’eau, en fait.

Pour encore plus de contact au sol, et donc d’efficacité dans cette recharge cosmique, vous pouvez marcher à quatre pattes. Mettez des genouillères, car à force ça fait un peu mal. Ou plutôt, accrochez des feuilles de choux à vos genoux. Ça pue un peu, mais c’est plus spirituel que des genouillères en caoutchouc.

 

8. Prenez exemple sur vos enfants

Parfois, j’observe mes enfants, et je réalise à quel point ils sont mes plus grands guides spirituels.

Quoi de plus inspirant, par exemple, que d’observer un bébé jouant aux quilles ? Il arrive en titubant, donne un coup de pieds dans les quilles. C’est un strike. Il s’auto-congratule d’un BAVOOOO. Il met la quille dans sa bouche et s’en repart, titubant de bonheur et de fierté du travail bien accompli… S’enquiquine-t-il les pensées de « je triche quand même un peu, là », de « oh, je suis nul, je ne suis pas allé assez vite », de « il faut que je suive les conseils des autres pour mieux y arriver »… ? Non ! Il est dans la joie du moment présent ! Il est dans la spiritualité vraie !

 

9. Respirez

Fermez les yeux et respirez, plusieurs fois par jour. Il n’y a rien de plus spirituel que de se reconnecter à sa respiration en conscience.

Ne fermez pas les yeux plus de dix secondes, par contre. En effet, selon des calculs scientifiques, dix secondes est le temps nécessaire et suffisant à des enfants pour disparaitre du champ de vision d’un adulte pour aller jouer à Tarzan avec des rideaux.

 

10. Méditation guidée

Méditer est la clé indispensable d’une spiritualité épanouie. Vous ne savez pas comment faire ? Vous n’arrivez pas à trouver le temps ? J’ai créé, pour vous, une courte méditation guidée spéciale mamans débordées. Un havre de relaxation pour faire une pause et recharger vos chakras.

Vous pouvez même la faire en présence de vos enfants, sans avoir besoin de vous isoler. Mais si à n’importe quel moment, vous avez besoin de manière urgente de vous occuper de votre progéniture, par exemple si votre enfant est en train d’essayer d’insérer une fraise dans la serrure et que vous jugez bon d’intervenir, ou si vous considérez qu’empêcher votre bébé de manger du géranium est une raison valable pour stopper votre méditation, n’hésitez pas à mettre sur pause. Vous pourrez toujours reprendre la méditation là où vous l’avez laissée quand vous trouverez un moment plus calme, d’ici une ou deux années, sans en perdre les effets bénéfiques sur l’élévation spirituelle de votre conscience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *